De l'art comme résistance à l'implication politique

de

chez Séguier

Paru le | Broché 629 pages

23.00 En stock - dans notre réseau
Ajouter au panier

Obsédée par l'opinion de chacun, l'époque veut absorber l'art
dans ses débats. Mais le principe de l'art résiste aux préoccupations de la cité.
Se tenant dans ce que Rimbaud nomme «le dégagement rêvé»,
l'art est le lieu d'une absence totale d'implication civile. Ce livre est un traité
De l'art ; conçu comme une odyssée, il progresse en sept étapes. La première,
à travers l'analyse des slogans partisans, établit la vacuité d'une psychose
volontaire : la relation au politique. En rupture avec cette maladie, les étapes
suivantes sont les cinq degrés de progressive élévation dans la relation
que l'artiste entretient avec l'art. Les figures symboliques de Ph. Muray (dont
on lit pour la première fois le Journal intime), de Wagner, de Rousseau,
de G. Gould et de saint Augustin permettent à cette odyssée hors de
l'implication civile de déployer la richesse de son sens. L'étape finale est
l'expression directe du Poëme qui se tient au coeur de l'art : un chant
de solitude. Ici, on ne parle pas extérieurement de l'art, on le fait.
Et l'oeuvre vient couronner la pensée de l'oeuvre.
Cet essai analyse l'art comme un refuge dans lequel l'implication politique est absente. Le philosophe compare la politique contemporaine à une psychose volontaire et explore la pensée de plusieurs artistes : Philippe Muray, Glenn Gould, Rousseau... Il montre comment le rapport à la solitude s'épanouit dans une indépendance vis-à-vis de la société civile, à travers le portrait de saint Augustin. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 629 pages
Poids : 910 g
Dimensions : 15cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-84049-688-5
EAN : 9782840496885

Du même auteur : Maxence Caron