Economies populaires et luttes féministes

résister au néolibéralisme en Amérique du Sud

de

chez Raisons d'agir éditions

Paru le | Broché 177 pages

Public motivé

11.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

traduit de l'espagnol (Argentine) par Mila Ivanovic | préface de Marie Cuillerai


L'Amérique du Sud est, depuis plusieurs décennies, un lieu d'expérimentation des politiques néolibérales. L'originalité du travail de Verónica Gago est de les observer « par en bas », et de montrer comment les classes populaires détournent les normes de compétitivité et de rentabilité en faveur d'autres formes de vie et de sociabilité. Dans les économies informelles des marchés populaires, les groupes subalternes s'approprient la rue, inventent d'autres pratiques économiques et mettent en cause la légitimité politique du néolibéralisme.

C'est ce qui se joue dans l'incroyable marché de La Salada à Buenos Aires, lieu par excellence des sociétés bigarrées que décrit Verónica Gago, ou encore dans les ateliers textiles qui emploient l'essentiel des travailleurs migrants. Les luttes féministes contre les violences domestique et économique, contre l'endettement ou la précarité suscitent des formes d'organisation et de contestation locales capables de subvertir de l'intérieur des modes de domination imposés à l'échelle internationale.
L'auteure étudie le néolibéralisme en Amérique du Sud en deux temps. En premier lieu, elle aborde les économies informelles des marchés populaires où les groupes subalternes (migrants, femmes, etc.) s'approprient les rues et inventent de nouvelles pratiques économiques. Ensuite, en s'appuyant sur les luttes féministes, elle montre la corrélation entre violence domestique et violence économique. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 177 pages
Poids : 155 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
EAN : 9791097084059