Godard

inventions d'un cinéma politique

de

chez Amsterdam

Paru le | Broché 565 pages

Public motivé

26.00 Délai de livraison : en fonction des délais fournisseurs, perturbés en cette période
Ajouter au panier

Cet ouvrage étudie une période importante, mais longtemps négligée ou calomniée, de l'oeuvre de Jean-Luc Godard : les années autour de 1968, durant lesquelles le cinéaste se politise, se réclamant du communisme puis du maoïsme.

Comment mettre son cinéma au service de la révolution ? Porter la révolution dans le cinéma lui-même ? Se situer, s'inscrire dans l'histoire du cinéma pour élargir ses possibilités et usages militants ? La Chinoise, Week-end, Tout va bien... Près de vingt films qui sont autant de laboratoires d'un cinéma politique révolutionnaire. L'association
avec Jean-Pierre Gorin dans le « groupe » Dziga Vertov modifiera durablement sa conception du cinéma en déplaçant le coeur des recherches, de l'image vers le montage qui l'intègre.

David Faroult aborde chacun des films de cette période, les historicisant pour mieux cerner leurs inventions. Plutôt qu'à la biographie, c'est aux oeuvres et aux propos qu'il s'intéresse. Ainsi, il apporte un nouvel éclairage sur le cheminement de Godard et sur l'histoire des années 68, en vue de nourrir des regards et des pratiques à venir.

L'étude est complétée d'un consistant recueil de documents inédits et de traductions.
Dans les années autour de 1968, le cinéaste se politise, engageant son travail au service de politiques d'émancipation, mais sans jamais abandonner le cinéma à un utilitarisme militant. Les inventions esthétiques des films réalisés au cours de ces années, leur fortune ou leurs limites, sont analysées. Prix du Meilleur livre français 2018 (Syndicat français de la critique de cinéma). ©Electre 2020
Format : Broché
Nb de pages : 565 pages
Poids : 770 g
Dimensions : 15cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35480-171-7
EAN : 9782354801717