J'ai payé Hitler

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 331 pages
Poids : 504 g
Dimensions : 14cm X 23cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-36942-856-5
EAN : 9782369428565

J'ai payé Hitler

de

chez Nouveau Monde éditions

Collection(s) : Histoire

Paru le | Broché 331 pages

Tout public

19.90 Disponible - Expédié sous 7 jours ouvrés
Ajouter au panier

présentation par Marc Ferro | traduit de l'anglais et annoté par Alain Frerejean | avant-propos d'Emery Reves


Quatrième de couverture

Friedrich Thyssen (1873-1951) fut l'un des plus grands industriels allemands de son temps. Aujourd(hui encore, l(empire sidérurgique bâti par son père règne en France et partout dans le monde. Pourtant, ce témoignage de « Fritz » Thyssen rédigé en 1941 n'avait jusqu'ici jamais été publié en France.

Dans ce document controversé, Thyssen raconte comment il a été séduit par Hitler dès 1923. Il le pense alors capable de redresser l'économie allemande mise à mal par le traité de Versailles, et va financer le parti nazi au point de devenir l'un des principaux responsables de son ascension. Mais après la « Nuit de cristal » en novembre 1938, Thyssen démissionne du Conseil d'État. Et en 1939, ses critiques de la politique économique du régime, qui subordonne tout au réarmement, lui valent d'être exclu du parti nazi. Ses biens sont confisqués.

Thyssen s'enfuit pour la Suisse avant de gagner la France, où il dicte ses Mémoires à un journaliste américain, Emery Reves. Ce proche de Churchill les édite et les publie aux États-Unis à la fin de 1941 sous le titre I paid Hitler. Témoignant de son erreur mais aussi de celles des autres grands patrons de l'industrie, le nazi repenti souhaitait alerter le reste du monde sur les dangers de la guerre initiée par le Führer - avant le début des massacres de masse en 1941.

Livré par le régime de Vichy aux Allemands, Fritz Thyssen est incarcéré au camp de Sachsenhausen. À la dénazification, il reconnaît son implication dans la montée du nazisme et est condamné à verser une indemnité aux victimes de la guerre. Il émigre à Buenos Aires en 1950 où il finira ses jours.