L'art du lancer du couteau, de la hache et des shurikens

de

chez Crépin-Leblond

Paru le | Broché 138 pages

Tout public

23.90 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

L'art du lancer procède d'une très longue tradition développée au cours des âges comme amusement, spectacle de
bateleur ou même, plus souvent que l'on croit, comme moyen de combat.

Le lancer de couteau était déjà pratiqué dans la Rome antique et l'a été depuis, pratiquement sans interruption,
dans l'histoire. Apanage constant des classes dangereuses et des soudards de toutes époques, il n'a acquis son
actuelle réputation que récemment, grâce au music-hall et au cirque. Actuellement, cet art est devenu un sport à
part entière, mais il n'a pas été délaissé pour autant par les militaires, notamment ceux des corps d'élite, car il
constitue toujours un auxiliaire de combat très précieux.

Le lancer de la hache est connu depuis les Gaulois au travers d'une arme mythique, la cateia, mais ce sont les Germains,
et plus précisément les Francs, qui lui ont donné sa plus grande extension avec la redoutable francisque. Les Vikings
ont également largement utilisé la hache de jet et cet usage s'est maintenu très tardivement dans l'Europe médiévale
avec une curieuse mini-hallebarde de jet, le « hurlbat ». Peu de siècles plus tard, les Européens partis dans le Nouveau
Monde ont développé le lancer de la hache locale, le tomahawk ; ils en ont fait une tradition qui perdure encore en
Amérique du Nord. Mieux encore, celle-ci tend maintenant à se répandre en tant que sport de loisir sur d'autres
continents, et notamment en Europe.

Dans une tout autre aire géographique, au sein du Japon médiéval, les fameux ninjas ont développé l'art du lancer
des shuriken. Ces petits projectiles d'acier, droits ou en forme d'étoile, ont été à l'origine d'un art martial bien
spécifique, qui est maintenant très largement répandu à travers le monde.

Au-delà de son caractère historique, l'art du lancer est un loisir aussi appréciable comme « anti-stress », que
captivant en tant que sport d'adresse. Comme autre avantage, avec un minimum de matériel, il permet un divertissement important pour un coût négligeable ; il suffit en effet d'investir quelques dizaines d'euros dans des
accessoires de lancer « équilibrés », puis de se fabriquer une cible avec de simples planches, rien d'autre n'est
nécessaire. C'est un art progressif et multiple, il est ainsi possible de commencer par le couteau de lancer, puis
d'aborder la hache de jet et enfin de terminer par les différents modèles de shuriken. Chaque catégorie d'armes
de lancer demande une progression différente et entraîne des sensations également différentes.

Compte tenu de son caractère spectaculaire, nombre de personnes considèrent cet art comme « inaccessible » au
grand public ; il n'en est rien, les fondamentaux en sont faciles à apprendre et les techniques de base restent à la
portée de tous. Si les aptitudes naturelles ont leur importance, elles peuvent cependant se développer par une
pratique régulière.

Ce livre représente un manuel technique attendu du grand public, c'est pratiquement la première fois que l'art du
lancer est développé de façon aussi complète dans un livre en français. En effet, sont présentées dans le cadre
de cet ouvrage l'ensemble des techniques qui le composent, cela au travers des trois catégories existantes en la
matière : le couteau, la hache et les shuriken.
Des informations historiques et techniques sur le lancer de couteau, de hache et de shuriken, une arme traditionnelle japonaise utilisée en ninjutsu. Avec, pour chacune de ces armes blanches, des conseils d'entraînement, d'entretien, de fabrication et de réparation. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 138 pages
Poids : 250 g
Dimensions : 21cm X 27cm
Date de parution :
EAN : 9791094323212

Du même auteur : Gilles Bongrain