La disparition

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 303 pages
Poids : 412 g
Dimensions : 16cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-207-15865-4
EAN : 9782207158654

La disparition

de

chez Denoël

Paru le | Broché 303 pages

20.00 Disponible - Expédié sous 10 jours ouvrés
Ajouter au panier

préface de Marie Darrieussecq


Quatrième de couverture

Georges Perec est un génie. Le livre que vous tenez entre les mains en est la preuve - s'il en fallait une.

La Disparition fête cette année ses 50 ans. Portée par la romancière Marie Darrieussecq et le street artist Nasty, cette nouvelle édition, en tirage limité, rend hommage à cet inclassable homme de lettres.

Georges Perec est né à Paris en 1936 de parents juifs polonais. Son père est mort à la guerre en 1940 et sa mère, assassinée à Auschwitz. Georges Perec fait des études de lettres à Paris et devient documentaliste en neurophysiologie au CNRS. En 1965, son premier roman, Les Choses, est couronné par le prix Renaudot. Un an plus tard, il publie l'audacieux Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?. Perec devient très vite une figure importante de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle), qu'il intègre en 1967. Passionné par toutes les formes d'expression, il remet sans cesse en question les enjeux et les limites de l'écriture. Véritable explorateur de la langue, Georges Perec est une figure essentielle de la littérature française du XXe siècle.

Biographie

Figure contemporaine majeure du paysage culturel français, Marie Darrieussecq est écrivaine, psychanalyste et traductrice. Elle se fait connaître dès la parution de son premier roman, Truismes, en 1996, best-seller traduit dans une quarantaine de langues. Elle est l'auteur d'une oeuvre littéraire dense, lauréate en 2013 du prix Médicis pour Il faut beaucoup aimer les hommes.

Street artist incontournable, Nasty s'est fait connaître à la fin des années 1980 par ses graffitis urbains colorés. Sollicité par le monde de l'art qui lui propose de sortir de la rue pour s'exprimer autrement, il s'empare des plaques émaillées du métro et les utilise comme des toiles. Son travail privilégie l'écriture dans tous ses états.

Du même auteur : Georges Perec