La femme qui a mangé les lèvres de mon père

Fiche technique

Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 157 pages
Poids : 230 g
Dimensions : 15cm X 20cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-37100-094-0
EAN : 9782371000940

La femme qui a mangé les lèvres de mon père

de

chez Le Nouvel Attila

Paru le | Broché sous jaquette 157 pages

18.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

traduit du roumain par Florica Courriol


Quatrième de couverture

Le corps d'un vagabond, Litsoï, est retrouvé sur la terrasse d'une casemate. Un de ces vestiges de la Deuxième Guerre mondiale construits par les nazis au bord de la mer Noire. Dix ans plus tard, trois hommes disparaissent en explorant ce bâtiment. L'enquête mène sur la voie d'un bordel flottant, d'un village lipovène perdu dans les bras du Danube, et d'une malédiction qui rend les hommes impuissants...

La Femme qui a mangé les lèvres de mon père est un peu les Mille et Une Nuits du Danube. Dans un univers où s'affrontent la mélodie sacrée de la Nature et l'apocalypse du béton, ressurgissent les figures mythiques et le merveilleux de l'enfance, à mi-chemin du Joueur de flûte de Hamelin et des mondes de Miyazaki.

Un texte porté par les eaux, par l'histoire et par un bestiaire omniprésent, qui met en scène le retour à l'Île primordiale.

« C'est alors et alors seulement que les nénuphars se mettent à fleurir d'un coup. Toutes les fleurs s'ouvrent et font un vrai tapis de pétales dans tout le quartier. (...) Alors tout le monde sort et se promène sur les nénuphars. Ils allument même des feux et ils restent autour jusqu'au petit matin... »