La scierie : récit anonyme

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 140 pages
Poids : 205 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-940517-02-2
EAN : 9782940517022

La scierie

récit anonyme

chez Ed. Héros-Limite

Collection(s) : Feuilles d'herbe

Paru le | Broché 140 pages

18.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier
Ce livre est également présenté dans notre sélection :

Les libraires en parlent

Théodore Dillerin (LE COMPTOIR DES MOTS)

Dans ce texte du début des années 50, un jeune homme raconte le quotidien harassant qui fut le sien pendant deux ans ; une période durant laquelle il travailla dans différentes scieries. Un livre qui transpire, saigne et nous recouvre les mains de sève et de sciure tant il témoigne de l'aliénation que peut constituer le travail. Une lecture indispensable !

Nicolas Lefort (Les Guetteurs de Vent)

Le travail physique dans toute sa lutte, sa puissance, son honneur, sa souffrance... Un livre unique, coup de poing, qui ne ressemble à rien de ce que vous avez déjà lu ou de ce que vous lirez un jour ! CULTE !!!

Mlle Sophie Rinck (Librairie La Manoeuvre)

1975, Pierre Gripari découvre ce texte qui, dit-il "a bouleversé son rapport à l'écriture et au style".
Ce récit (anonyme) fort et tragique nous donne une leçon cruelle, celle de la vie.

Mme Nathalène Goossens (Librairie Atout-Livre)

Dans "La Scierie", la sciure et la sueur collent à la peau...

Quatrième de couverture

Le lendemain matin, je me lève à cinq heures trente, je pars à six heures quinze vers Huisseau. On est en septembre, le jour se lève à peine. Je vois des quantités de lapins dans le parc de Chambord. J'arrive à la scierie en avance. Tout est sombre sous le hangar. J'ai dans mes sacoches ma gamelle qui contient mon repas de midi. Le chauffeur bourre la chaudière et fait monter la pression. Je m'approche du four et je me chauffe. Il est sept heures moins dix. Tout le monde arrive tout à coup et se rassemble autour du four. Garnier arrive bouffi, il n'a pas fini de s'habiller, il sort du lit, il ne mange pas le matin. Après de brèves politesses, à sept heures moins cinq, il gueule :

- Allez, graissez !