Le mythe du trou de la Sécu

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 162 pages
Poids : 142 g
Dimensions : 11cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 979-10-97084-09-7
EAN : 9791097084097

Le mythe du trou de la Sécu

de

chez Raisons d'agir éditions

Paru le | Broché 162 pages

Tout public

Poche
9.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

Les libraires en parlent

Mélanie Cartier (ATOUT LIVRE)

Petit manuel d'autodéfense intellectuel, pour ne pas s'embourber dans les discours catastrophistes ! Chercheur au CNRS, Julien Duval repose le débat en partant des faits... Et force est de comprendre qu'il n'y a PAS de trou de la sécu qui se creuserait à cause d'un trop grand nombre de remboursements. Mais alors, d'où vient le déficit ? Se peut-il que l'on pourrait le combler ?

Souvent étonnant, mais essentiel !

Quatrième de couverture

Ce livre revient sur un « débat » de plus en plus brûlant : il faudrait défaire le programme du Conseil national de la Résistance et, en particulier, démanteler le système de protection sociale créé en 1945.

Cela fait plusieurs décennies que les réformes menées en La matière consistent en effet à remplacer la logique universelle de satisfaction des besoins sociaux pour des objectifs de réduction des dépenses publiques. Cette vision dominante est largement relayée par les médias, selon lesquels la Sécurité sociale serait menacée de faillite par un déficit abyssal. Pour faire face à l'augmentation des dépenses et au vieillissement de la population, le système de protection sociale serait condamné à se réformer sans cesse : déremboursements, réduction des prestations, hausse des cotisations, voire privatisation.

Biographie

Chercheur au CNRS, Julien Duval renverse les termes du problème : il n'y a pas de « déficit de la Sécu » mais « un besoin de financement » que les gouvernements successifs ont décidé de ne pas satisfaire en multipliant depuis 1993 les exonérations de charges sociales. L'affaiblissement de la protection sociale découle non pas d'arbitrages techniques mais d'un choix politique : le transfert généralisé des « risques » du capital vers le travail.
Ce livre a reçu le prix Prescrire en 2008. Il a été actualisé et augmenté pour la présente édition.