Of course

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 102 pages
Poids : 138 g
Dimensions : 13cm X 18cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-37941-127-4
EAN : 9782379411274

Of course

de

chez Arbre vengeur

Paru le | Broché 102 pages

13.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

Les libraires en parlent

Marcos LLOVERAS (LA MANOEUVRE)

Comment choisir les bons mots pour définir correctement cet ouvrage de Bartelt ? Une oeuvre insolite, encore une fois originale et comme toujours un plaisir unique ! C'est décidé, je ne peux plus me passer de cet auteur qui ne cesse de me surprendre. Chaque page est jubilatoire, chaque phrase un petit joyau. Un imagination qui vise les sommets ! lisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisezlisez

Quatrième de couverture

Of course

Si on en juge par l'ardeur qu'ils déploient dans la littérature policière, les tueurs en série ne manquent d'imagination. Mais, depuis trop longtemps, ils négligent le fer à cheval. Pourtant, cette arme par destination leur offrirait une chance de se distinguer. L'assassin qui traverse, en un galop furtif, les pages de ce roman, a eu l'idée d'en user avec adresse, mettant en émoi et en échec les forces de l'ordre, trop souvent tirées de leur peu féconde léthargie par ses crimes nocturnes. Mais dans la petite ville qui sert de décor à cette histoire où boire est le seul remède à la mélancolie, un apprenti détective désoeuvré, qui a tout d'un héros de roman, a décidé de résoudre l'énigme...

Cravachant des phrases aussi parfaites qu'insolites, ciselant des réflexions qui mériteraient la postérité - « s'il suffisait de tousser pour avoir un orgasme, tout le monde serait tuberculeux » -, Franz Bartelt, étalon du polar surgi des forêts ardennaises, pur-sang du roman au trot inimitable, nous offre avec Of course le tiercé dans l'ordre. Y renoncer serait presque un crime.

Biographie

Franz Bartelt est Ardennais, ce n'est pas la moindre de ses qualités.
C'est tôt qu'il commence à écrire, même s'il publie plutôt tard, après avoir connu la vraie vie et notamment l'usine (de papier, of course). Avant la quarantaine il se fait écrivain, enchaînant les livres, notamment chez Gallimard où il connaît le succès. Il fait souvent rire son monde, passant de la dramatique au polar (avec deux Série Noire mémorables), et de la nouvelle au roman.
Parmi la cinquantaine de ses livres, on aura du mal à choisir, ce qui inciterait à tout lire.
Il a connu un beau succès avec ses derniers romans chez Seuil Policier dont Hôtel du Grand Cerf (2017, Grand Prix de littérature policière 2018, Prix Claude Chabrol 2018). Y est paru, en 2021, Un flic bien trop honnête.
Remarquons aussi chez Gallimard Les Fiancés du paradis (1995), La Chasse au grand singe (1996), Le Costume (1998), Les Bottes rouges (2000, grand prix de l'Humour noir 2001), Le Grand Bercail (2002), Le Bar des habitudes (2005, prix Goncourt de la nouvelle 2006), Pleut-il ? (2007), Le Testament américain (2012), Le fémur de Rimbaud (Prix des Hussards 2014) ou Comment vivre sans lui ? (2016).
Comme il est partageur, il a aussi publié chez d'autres éditeurs : Depuis qu'elle est morte elle va beaucoup mieux (Le Sonneur, 2015), La bonne a tout fait (Baleine, 2013), Je ne sais pas parler (Finitude, 2010), Parures (In8, 2010), Les noeuds (Le Dilettante, 2008), Plutôt le dimanche (Labor, 2004), Nulle part mais en Irlande (Le Temps qu'il fait, 2002).

Du même auteur : Franz Bartelt