Peinture froide prend feu

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 153 pages
Poids : 744 g
Dimensions : 20cm X 28cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-900840-12-2
EAN : 9782900840122

Peinture froide prend feu

de

chez Imogene

Paru le | Broché 153 pages

Tout public

29.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

textes de Pierre Giquel, Judicaël Lavrador, Camille Paulhan, Eric Suchère


Quatrième de couverture

« La peinture est une fiction, un cadavre, un paysage sans limites, depuis toujours elle a le souvenir du vent qui vient de la nuit des temps. »
Pierre Giquel à Pascale Rémita, 2017.

Biographie

Écrivain, poète et critique d'art, Pierre Giquel (1954- 2018) était également enseignant à l'école supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole, et a contribué à de nombreux catalogues d'expositions et revues d'art. Signature marquante des colonnes de artpress ou du quotidien Ouest-France depuis les années 1980, ses textes ont été édités dans de multiples publications d'art contemporain et des parutions d'institutions. Vaste recueil de ses textes paru en 2017 aux éditions Jannink, Les Géographies irrégulières constituent une sélection qui compile le parcours de trente-cinq années de cette activité critique, poétique et littéraire.

Judicaël Lavrador est critique d'art. Il collabore à Libération et à Beaux-Arts magazine.

Camille Paulhan est historienne de l'art, critique d'art et enseignante à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Parmi ses recherches récentes : la scène artistique castelroussine, les livres d'or, les boulettes, la transmission en écoles d'art, les champignons, les oeuvres en convalescence, l'irreproductibilité et les ateliers d'artistes.

Éric Suchère, écrivain, enseigne l'écriture à l'École supérieure d'art et design de Saint-Étienne, codirige la collection « Beautés » avec Camille Saint-Jacques et est le directeur artistique de L'art dans les chapelles. Derniers livres parus : Aérien (Argol, 2019), Jack Spicer, Élégies imaginaires (traduction, Vies parallèles, 2021), Le Chef-d'oeuvre inutile (essai en collaboration avec Camille Saint-Jacques, L'Atelier contemporain et FRAC Auvergne, 2020).

Pascale Rémita est une artiste peintre contemporaine qui vit et travaille à Nantes. Après des études à l'École supérieure des beaux-arts de Nantes et à l'université de Paris I Panthéon-Sorbonne, sa pratique devient le fruit d'un dialogue qui s'entretient au travers de la toile, de l'image numérique et vidéo et au fil des voyages de l'artiste. À la fois souvenir et trajectoire nomade du regard, dans les dimensions d'une picturalité, entre paysages et surfaces, abstrait et figuratif, les productions de Pascale Rémita explorent les textures de l'image selon le montage généralisé, le travelling, l'écran, le tableau ou la caméra qui procède par focalisation. Séquences intermédiaires, lieux en suspens, tels des fragments d'un réel aux perspectives équivoques, ses peintures, fusains et films élaborent l'idée d'une mise au point en constante définition d'un visible et du sensible. Ses oeuvres figurent dans de nombreuses artothèques, collections privées, et dans les collections publiques des Frac Poitou-Charentes et Pays de la Loire.