Chroniques de la révolution égyptienne

de

chez Actes Sud

Paru le

9.70 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

traduit de l'arabe (Egypte) et préfacé par Gilles Gauthier


Mr Simon Serna (Librairie Le Genre Urbain)

Les  Chroniques de la révolution Egyptienne sortent en livre de poche, le combat de El Aswany pour la démocratie peut désormais vous accompagner partout.                                                  Ce recueil est composé d’une cinquantaine d’articles de quelques pages,  qui ont été sélectionnés parmi les 144 chroniques d’El Aswany parues dans les journaux égyptiens  Shourouk et  El Marsi El Yom. Ils ont été écrits entre 2008 et 2011, soit avant, pendant et après la révolution.

 Le projet de ce recueil est de montrer « pourquoi la révolution a eu lieu ». Cette question indique les causes de la révolution. Il y a deux grands combats à mener : celui contre la dictature sanguinaire de Moubarak, qui plonge l’Egypte dans la pauvreté, la corruption et la torture. Celui contre un islam radical, venue de la péninsule Arabique, représenté par le mouvement wahhabite, et nourri par les petro-dollars. Ce projet indique aussi pour quoi la révolution a eu lieu : la démocratie.

« La démocratie est la solution », cette phrase est la signature systématique de Alaa El Aswany, elle s’imprime au fil des chroniques toujours plus profondément dans la conscience du lecteur.

El Aswany est écrivain, militant et pédagogue, ces articles sont des démonstrations infatigables de la nécessité du régime démocratique. Sa méthode tient en trois points. -1. Une énumération des arguments, qui ont pour sel des faits présentés de façon terriblement clair. -2. L’utilisation de la métaphore, de la fable, des rêves, de la littérature mondiale, pour dire l’innommable horreur du régime égyptien, en montrer l’absurdité assassine.  Tartuffe, La Fontaine, le foot, sont convoqués comme témoin. Alaa El Aswany est médecin, il observe le corps de la société, en fait le tableau clinique et donne son diagnostic : la dictature est un cancer. -3. Le chroniqueur accompagne son lecteur sur plus de trois ans, sa pédagogie donne une large part à la répétition, qui se transforme en évidence.La réflexion de l’auteur va du plus grand au plus petit, du monde aux corps. L’Egypte de Moubarak n’est pas seule. Elle se construit notamment avec les Etats Unis, Israël, et plus largement l’Occident. L’Egyptien nous permet de décentrer notre regard, de repenser l’ordre mondial dans un autre ordre d’idée. Le corps de la femme n’est pas seul. Il est construit comme le creuset du régime et de l’islam radical, d’autant plus frappé et violé que l’humanité est mise derrière le niqhab.

Après le 25 janvier 2011 la révolution passe. Les articles du chroniqueur sont toujours nécessaires. Les Frères Musulmans font partie des cinq grands groupes qui composent l’Egypte selon Aswany. Face à leur montée, son désir de démocratie se précise et devient celui d’un Etat séculier, où la religion est séparée du politique. Après la place Tahir la révolution passe. Moubarak semble avoir disparu, et El Aswany décrit le cauchemar du système dictatorial : un enracinement si profond, de l’administration aux corps, que le soleil du printemps arabe n’a pas pu brûler entièrement.

« Moubarak : Les prochaines élections seront honnêtes, mais elles amèneront mes hommes au pouvoir. Mes fils et mes disciples remporteront la majorité et formeront le prochain gouvernement. Une révolutionnaire : Que voulez vous dire ? Moubarak : Vous découvrirez un jour que je ne suis pas une personne. Je suis un mode de pensée, une conception particulière de la vie. Une organisation intégrale et parfaite »

 

 

 

 

 

 

Poids : 292 g
Date de parution :
EAN : 9782330017996

Du même auteur : Alaa el- Aswany