Ennemis d'Etat : les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 227 pages
Poids : 190 g
Dimensions : 11cm X 17cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-35872-188-2
EAN : 9782358721882

Ennemis d'Etat

les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes

de

chez la Fabrique

Paru le | Broché 227 pages

Tout public

13.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier
Ce livre est également présenté dans notre événement :

Les libraires en parlent

Natacha de la Simone (LIBRAIRIE L'ATELIER)

"on comprend sous le terme générique de Lois scélérates trois lois distinctes : la loi du 12 décembre 1893 ayant pour objet de modifier la loi du 29 juillet 1881 sur la presse; la loi du 18 décembre 1893 sur les associations de malfaiteurs ; la loi du 28 juillet 1894 ayant pour objet de réprimer les menées anarchistes." Un juriste [Léon BLum] dans un pamphlet publié en 1899 aux éditions de la Revue Blanche.

Raphaël Kempf, avocat, défenseur de manifestants et activistes victimes de la répression d'Etat,  fait reparaître à la fabrique les textes de Francis de Pressensé, Emile Pouget et Léon Blum parus dans ce pamphlet, en les accompagnant d'une introduction très étoffée qui permet de mesurer les répercussions de ces lois aujourd'hui et leur usage.

ces lois dite d'urgence votées quand éclate une "crise".



Simon LEAUTE (LA MANOEUVRE)

Ou quand des idées se voient condamnées comme autant d'actes criminels.

En retraçant l'Histoire de ces lois scélérates, destinées à réprimer tout contre-pouvoir, Raphaël Kempf éclaire ici l'un des rouages majeurs de l'autoritarisme.

INDISPENSABLE

Quatrième de couverture

Le 9 décembre 1893, l'anarchiste Auguste Vaillant lance une bombe dans la Chambre des députés en pleine séance parlementaire, faisant quelques blessés légers. Deux jours plus tard, la même Chambre vote à la hâte la première des « lois scélérates » réprimant la presse et les opinions anarchistes, dont certaines dispositions - le délit d'apologie par exemple - sont promises à un long avenir. On doit à La Revue blanche d'avoir mené la bataille contre les lois scélérates de 1893-1894 en rassemblant dans une brochure éponyme les plumes de Francis de Pressensé (fondateur de la Ligue des droits de l'homme), d'Emile Pouget et d'un jeune juriste, Léon Blum.

Lecteur averti de ces textes, Raphaël Kempf revient sur l'élaboration et l'application de ces lois d'exception et nous en livre la formule : votées dans l'émotion, elles donnent un pouvoir extraordinaire à l'État, à la police et au ministère public pour réprimer des adversaires politiques, avant de cibler peu à peu tous les citoyens. De la loi « contre les menées anarchistes » au XIXe siècle, aux lois « anticasseurs » et « antiterroristes » d'aujourd'hui, ce sont là autant d'indices des scélératesses législatives.

Biographie

Avocat au barreau de Paris, Raphaël Kempf défend depuis plusieurs années des manifestants et activistes victimes de la répression d'État. Il a publié de nombreux articles sur la justice ou les révolutions arabes dans Le Monde diplomatique, Jef Klak ou encore la revue Délibérée.