L'islam et la démocratie : une révolution intérieure

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 294 pages
Poids : 312 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-289370-4
EAN : 9782072893704

L'islam et la démocratie

une révolution intérieure

de

chez Gallimard

Collection(s) : Le Débat

Paru le | Broché 294 pages

Tout public

21.00 Disponible - Expédié sous 3 jours ouvrés
Ajouter au panier

Quatrième de couverture

L'islam et la démocratie

Une révolution intérieure

Depuis des lustres, on se bat de toute part pour savoir si l'islam est compatible avec la démocratie. Mais peut-on répondre à une telle question, si on ne prend pas soin de résoudre un problème préalable sur le sens de la démocratie elle-même ? Qu'est-elle ? Si nous ne libérons pas la démocratie du piège du relativisme, ses adversaires auront beau jeu de dénoncer son caractère typiquement « occidental » pour se construire des modèles qui leur seraient spécifiques.

La démocratie authentique n'est ni d'Occident, ni d'Orient. Elle doit être conçue indépendamment de ses incarnations historiques. Mais, pour cela, il est nécessaire de lui trouver un fondement philosophique universel, en tant que norme humaniste, et non en tant que régime politique. À partir de là, nous pouvons poser les conditions pour que l'Islam, en tant que religion, culture et civilisation, puisse valablement répondre au défi démocratique.

Les théories de la « démocratie islamique » ne sont qu'un tissu de faux-semblants. Et c'est au prix d'une révolution intérieure contre « l'orthodoxie de masse » que l'Islam pourra relever ce défi. Cette révolution est en train de se réaliser. L'actualité du monde arabe, secoué par des mouvements révolutionnaires à répétition, nous révèle une insistante et massive demande démocratique. Si, pour l'Europe, l'âge des révolutions démocratiques est terminé, pour le monde arabe, en revanche, il commence.

Biographie

Yadh Ben Achour est juriste spécialisé en droit public et en théorie politique islamique. Désigné en 1988 comme membre du Conseil constitutionnel tunisien, il en démissionne en 1992 pour protester contre la tentative des autorités de liquider la Ligue tunisienne des droits de l'homme.

Du même auteur : Yadh Ben Achour