La tâche de l'architecte

Fiche technique

Format : Relié sous jaquette
Nb de pages : XXIV-840 pages
Poids : 1620 g
Dimensions : 17cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 979-10-97497-36-1
EAN : 9791097497361

La tâche de l'architecte

de

chez Conférence

Collection(s) : Essais

Paru le | Relié sous jaquette XXIV-840 pages

Public motivé

39.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

traduit de l'italien, de l'espagnol et de l'anglais par Christophe & Esther Carraud | préface Christophe Carraud


Quatrième de couverture

Sous la forme d'un ensemble de 45 études (et de 640 illustrations), ce volume entend rendre raison à la fois du parcours d'activité d'un architecte et de celui auquel il convient de former les architectes futurs afin qu'ils mesurent avec lucidité toutes les exigences de leur tâche.

Ce parcours se déploie selon quatre grandes orientations : 1. « Entre architecture et urbanisme » ; 2. « Ce qu'enseignent les villes » ; 3. « La leçon de Venise » ; 4. « Sur les places d'Europe ».

Chacune de ces articulations laisse percevoir le même souci : celui de l'espace public comme bien commun, et par conséquent celui de la vie concrète qu'on y mène et que l'architecture, dans toutes ses dimensions (ville et territoire), devrait avoir pour but d'enrichir en configurant pour les gens, leur histoire et leur dignité propres, les lieux où leur vie prend forme.

C'est ainsi que l'auteur interroge l'épaisseur historique de l'espace construit et souligne l'importance de chaque contexte particulier dont il convient de prendre la mesure, en nous invitant à le suivre aussi bien dans le temps que dans l'espace : dans le temps, quand il analyse l'histoire et le développement du zonage, des villages ouvriers, des places publiques européennes, ou la manière dont Séoul ou Kyongju ont pu se construire au long des siècles ; dans l'espace, quand il fait varier le regard selon qu'on se trouve en Algérie ou en Chine, en Italie ou en Corée, à Kobé ou à Venise, référence fascinante et problématique de toute réussite urbaine.

À chaque fois, son exigence propre entre dans le détail le plus concret des dimensions auxquelles l'architecte est confronté : celle du projet et de sa définition, problème épineux de longue date ; du plan éventuel et de ses contraintes ; des règlements administratifs si variables ; des idéologies dont l'architecte est le traducteur plus ou moins conscient, etc. À cet égard, l'auteur multiplie les approches : des textes méthodiques (comment élaborer un projet) et descriptifs (comment s'y est-on pris soi-même pour construire ou requalifier bâtiments ou espaces) à ceux où l'expérience et le témoignage personnels viennent soutenir le propos, qu'il s'agisse de directions de recherche dans d'autres pays, de convictions sur la beauté des villes, de réflexions sur la place laissée dans l'espace urbain à tout l'arc des vies, de l'enfance à la vieillesse, ou encore d'hommages à de grandes figures ou à de grandes institutions.

Lecture salutaire et particulièrement instructive que celle de ce livre quand on essaie de comprendre l'histoire des formes et des espaces et la responsabilité qui incombe à ceux qui les configurent. On y trouvera, qui manquait jusqu'alors à l'édition française, une sorte de manuel discret et pénétrant de l'architecture et de l'urbanisme, à disposition de tous ceux qui veulent s'y former ou en comprendre les enjeux.

Biographie

Franco Mancuso est architecte. Il est né à Venise en 1937, où il vit et travaille. Professeur émérite de projet urbanistique à l'Université IUAV (Istituto Universitario di Architettura di Venezia), il enseigne dans le Master Conservation, Gestion et Valorisation du Patrimoine Industriel et dans le Master Erasmus Mundus TPTI (Techniques, Patrimoine, Territoires de l'Industrie) de l'Université de Padoue, et poursuit ses activités d'enseignement et de conseil en Italie comme dans d'autres pays.
Il a dirigé des séminaires et tenu des conférences dans différentes institutions et universités, en Europe et dans le monde (notamment en Algérie, en Chine, en Corée du Sud et au Japon). Il s'occupe en particulier de recherche et de projet sur le thème de la réhabilitation et de la requalification de l'espace public ; il a accordé une attention soutenue à la formation des architectes en matière de réhabilitation du patrimoine industriel.
Parmi ses œuvres récentes : à Venise, le nouveau pavillon de la Corée aux Jardins de la Biennale (en collaboration avec l'architecte Seok Chul Kim), la réhabilitation de l'ancien couvent San Lorenzo à Castello, et celle de l'ancien Institut San Giovanni à la Giudecca, tous deux destinés à l'accueil des personnes âgées ; à Palmanova, la requalfication de la Piazza Grande,.
Ses travaux se sont attiré d'importantes reconnaissances nationales et internationales et de nombreux prix.