Le viol, une arme de terreur : dans le sillage du combat du docteur Mukwege

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 157 pages
Poids : 230 g
Dimensions : 14cm X 22cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8047-0281-6
EAN : 9782804702816

Le viol, une arme de terreur

dans le sillage du combat du docteur Mukwege

chez Mardaga

Paru le | Broché 157 pages

Tout public

15.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

préface Denis Mukwege | coordination Danièle Fayer-Stern, Belen Sanchez, Marc Schmitz | publié par la Fédération Wallonie-Bruxelles


Quatrième de couverture

À l'aube, j'ai été réveillé par des pleurs qui venaient du jardin. J'ai trouvé une gamine, qui n'a que 7 ans, recroquevillée derrière un buisson, du sang entre les jambes.
Récit d'une scène « ordinaire » dans l'Est du Congo...

Depuis vingt ans, une violence inouïe frappe cette région. Si toute guerre fait des ravages parmi les populations civiles, les femmes paient ici le plus lourd tribut. Une situation cauchemardesque qui a pris racine sur les collines rwandaises en 1994, l'année du génocide. Le viol, tacitement accepté sur les champs de bataille depuis la nuit des temps, y a pris une dimension nouvelle : désormais utilisé à des fins stratégiques, il est devenu une véritable arme de guerre.

Conquête des terres, exploitation des minerais, exutoire pour un Rwanda surpeuplé, volonté d'éradiquer une population..., autant de raisons qui expliquent cette barbarie sexuelle.

Ce livre est un voyage au pays de ces femmes et enfants que des hommes brutalisent, violent, torturent, mutilent. Grâce aux regards croisés des auteurs - du romancier au médecin en passant par le journaliste ou le juriste -, le lecteur trouvera des clés pour mieux appréhender ce phénomène effrayant. Si le tableau est noir, il existe néanmoins des signes d'espoir, avec des femmes debout, déterminées, dignes. Ces femmes qui sont non seulement la colonne vertébrale de leur famille, mais aussi de l'économie, et qui par leurs actions et leur engagement sèment les graines d'un monde plus juste.

« Notre pays est malade, a dit le docteur Mukwege lors de la remise du prix Sakharov (2014), mais ensemble, avec nos amis de par le monde, nous pouvons et nous allons le soigner. »