Les Peuls et l'Etat en Mauritanie : une anthropologie des marges

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 430 pages
Poids : 650 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-8111-0378-1
EAN : 9782811103781

Les Peuls et l'Etat en Mauritanie

une anthropologie des marges

de

chez Karthala

Collection(s) : Hommes et sociétés

Paru le | Broché 430 pages

Public motivé

29.00 Disponible - Expédié sous 13 jours ouvrés
Ajouter au panier

Quatrième de couverture

Cet ouvrage se propose d'étudier le croisement de la trajectoire de l'État mauritanien avec celle d'un groupe peul (les Fulaa'be). Resté historiquement en marge des centralisations politiques grâce au nomadisme et au pastoralisme, ce groupe a été intégré à l'État en subissant ses évolutions tourmentées. Reposant sur une analyse ethnographique, le livre retrace les différentes formes de marginalité endurées par les Fulaa'be, de l'époque coloniale jusqu'aux récentes tentatives de «démocratisation», en passant par les exactions de 1989. Face à ces processus d'exclusion, ils ont su transformer les «marges» dans lesquelles ils ont été relégués en interstices de pouvoir et de liberté, où se mettent en place leurs tactiques et stratégies pour la reconnaissance, la participation politique et l'accès aux ressources.

S'appuyant sur les expériences et les narrations des Mauritaniens rencontrés pendant une recherche de terrain entre Nouakchott et la «brousse», cet ouvrage revient sur les questions cruciales de gouvernance, d'autochtonie, de démocratie locale et de décentralisation. Plus généralement, il apporte une contribution au débat sur la citoyenneté en Mauritanie, tout particulièrement avec le cas, aussi méconnu que révélateur, des réfugiés et des rapatriés mauritaniens du Mali.

À travers une démarche qui part des «marges» pour mieux comprendre le «centre», cette recherche s'inscrit dans les approches récentes de l'anthropologie de l'État en Afrique et participe au débat postcolonial sur les concepts d'hégémonie et de subalternité.

Biographie

Riccardo Ciavolella est docteur en anthropologie sociale et ethnologie à l'EHESS et en anthropologie des mondes contemporains à l'Université de Milan Bicocca. Il enseigne et conduit ses recherches dans plusieurs universités européennes. Fondées sur des terrains ethnographiques dans plusieurs pays du Sahel, ses perspectives portent sur les relations entre marginalisation politique, exclusion sociale, vulnérabilité écologique et perceptions du risque. Il s'intéresse également aux questions du développement, de la mobilité et de la dimension «glocale» des crises de la modernité.