Lettre à une enseignante

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : XXXII-154 pages
Poids : 280 g
Dimensions : 15cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7489-0495-6
EAN : 9782748904956

Lettre à une enseignante

de

chez Agone éditeur

Collection(s) : Mémoires sociales

Paru le | Broché XXXII-154 pages

Tout public

19.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier
Ce livre est également présenté dans notre événement :

préface de Laurence De Cock | avant-propos de Pier Paolo Pasolini | traduit de l'italien par Susanna Spero | édition établie par Thierry Discepolo


Quatrième de couverture

C'est un livre qui m'a immensément plu parce qu'il m'a tenu constamment en haleine, entre éclats de rire, véritables, physiques, et noeuds à répétition dans la gorge. C'est ce qu'on ressent devant des livres qui redécouvrent quelque chose de manière inédite et neuve, et qui offrent comme un sens de vertige, de liberté, par leur jugement du monde qui nous entoure.

Avec ce livre, je me suis retrouvé plongé dans l'un des plus beaux que j'ai lus ces dernières années : un texte extraordinaire, pour des raisons littéraires aussi. On y trouve d'ailleurs l'une des plus belles définitions de la littérature que j'ai jamais lues : la poésie serait une haine qui, une fois examinée en profondeur et clarifiée, devient de l'amour.
Extrait de l'avant-propos de Pier Paolo Pasolini

Rappelant l'école publique à l'ordre parce qu'elle n'accomplit pas sa mission, les élèves de Barbiana réclament une institution qui se préoccupe davantage de ceux dont les parents n'ont ni l'argent ni la culture qui leur permettent de compenser l'absence d'éducation scolaire.

La France reste l'un des pays européens au système éducatif le plus inégalitaire, celui où les origines sociales pèsent le plus lourd. Dit autrement, l'école française est aussi performante pour faire réussir les élèves les plus socialement favorisés que pour orienter les enfants des milieux populaires dans des voies de relégation.

C'est précisément sur ce point que cette réédition est salutaire : en redonnant à voir l'urgence de transformer l'école publique au prisme des besoins des enfants des catégories populaires.
Extrait de la préface de Laurence De Cock

Édité pour la première fois en français en 1968, épuisé depuis la fin des années 1970, ce classique rappelle la relégation, toujours d'actualité, des enfants pauvres. Mais ici la critique de l'école reproductrice d'un ordre social injuste est formulée par ceux qui le subissent.