Penser et représenter la nature à l'école sous la troisième République

de

chez L'Harmattan

Collection(s) : Lauréats, prix scientifique L'Harmattan. Série doctorat

Paru le | Broché 330 pages

Public motivé

34.00 Disponible - sous 3 à 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

préface de Pierre Kahn | postface de Francine Best


Penser et représenter la nature à l'école sous la troisième république

La Troisième République a pris à bras le corps l'éducation à la nature. Les responsables scolaires ont travaillé à nouer une intimité charnelle et affective entre les enfants et la nature. Et cela ne concorde ni avec la vulgate environnementale moderne du mépris de la nature, ni avec l'idée que les sociétés industrielles auraient détourné les individus de la nature.

Il y a là un axe éducatif central auquel l'école d'aujourd'hui semble avoir tourné le dos. Pourtant c'est ce programme qui avait permis d'en finir avec les conceptions théologiques de l'univers et entretenu une culture populaire attachée aux détails du monde tout en martelant, et la grandeur de la France, et la légitimité de l'empire colonial.

Féconde pour comprendre l'univers culturel de l'école laïque, la dimension politique n'épuise pas les ambitions d'une éducation appuyée sur la nature. Elle a porté sur les fonts baptismaux une école active partout où les maîtres étaient soucieux d'innovations pédagogiques. De sorte que les leçons de choses, la géographie, les jardins scolaires, les promenades, les sciences, les caravanes scolaires et même l'apprentissage de la lecture proposèrent aux enfants une éritable grammaire des environnements naturels.

L'école primaire a-t-elle pour autant inventé une éducation écologiste avant la lettre ? Les millions d'insectes, de plantes, de coquillages collectionnés et parfois torturés dans les leçons des maîtres, ne plaident pas en ce sens. Mais la volonté de connaître et de respecter la nature, la volonté d'améliorer les méthodes culturales conduit au moins à parler d'une sensibilisation profonde aux rapports entre les hommes et la nature.

L'école primaire des années 1870-1920 fut dans ce domaine une école résolument moderne.
Version remaniée d'une thèse, étude de l'éducation à la nature dans les établissements de la IIIe République. Explorant cet aspect méconnu de l'école laïque, l'auteur montre comment les responsables scolaires oeuvrent au développement d'un lien affectif entre les enfants et la nature, a contrario des idées reçues sur les sociétés industrielles, à une époque où l'écologisme n'existe pas encore. ©Electre 2021
Format : Broché
Nb de pages : 330 pages
Poids : 525 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-343-21896-0
EAN : 9782343218960