S'émanciper par les armes ? : sur la violence politique des femmes

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 222 pages
Poids : 378 g
Dimensions : 16cm X 24cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-85831-327-3
EAN : 9782858313273

S'émanciper par les armes ?

sur la violence politique des femmes

chez Presses de l'Inalco

Collection(s) : TransAire(s)

Paru le | Broché 222 pages

Public motivé

25.00 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

Quatrième de couverture

S'émanciper par les armes ?

Sur la violence politique des femmes

Transaire(s)

Sciences humaines et sociales

Dans le sillage de la contestation sociopolitique de la fin des années 1960, les démocraties occidentales connaissent une vague de violence révolutionnaire dont des hommes et des femmes s'emparent comme d'un outil politique. Les groupes armés d'extrême gauche se caractérisent par une implication et un engagement remarquables des femmes. Le climat des années 1970, les situations de résistance et les luttes de libération sont propices à la renégociation des rôles masculins et féminins. Les femmes sont également au coeur du projet de libération nationale de certaines organisations de la gauche turque et kurde, aujourd'hui encore, comme elles l'ont été en Amérique latine ou en Asie du Sud.

Interroger la violence politique des femmes revient à porter l'accent sur un phénomène quasi exclusivement décliné au masculin. Pourtant, le genre constitue un outil heuristique pour saisir ce que la féminisation fait à la violence politique et à son inscription dans l'espace sociopolitique. En croisant les dimensions sociale, politique et sexuée, le recueil S'émanciper par les armes ? propose des lectures interdisciplinaires de la lutte armée au féminin et revisite les systèmes de valeurs dans lesquels la violence politique et la violence des femmes sont prises.

Biographie

Caroline Guibet Lafaye est directrice de recherche au CNRS (Centre Émile Durkheim, CNRS, université de Bordeaux). Agrégée et docteure en philosophie de l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne, elle consacre ses recherches en sociologie et philosophie politique à l'analyse des représentations et des croyances relatives à la justice sociale et aux processus de radicalisation. Elle coordonne aujourd'hui un programme de recherche sur les luttes armées en Europe et au Moyen-Orient.

Alexandra Frénod est ingénieure d'études au CNRS (GEMASS, Paris Sorbonne, CNRS). Elle participe à la production et à l'analyse de données de projets de recherche portant notamment sur la perception des inégalités et le sentiment de justice d'une part et sur les processus de radicalisation politique et religieuse d'autre part.