Une histoire populaire de la France

de la guerre de Cent Ans à nos jours

de

chez Agone éditeur

Collection(s) : Mémoires sociales

Paru le | Broché sous jaquette 816 pages

Tout public

28.00 En stock - dans notre réseau
Ajouter au panier

En 1841, dans son discours de réception à l'Académie française, Victor Hugo avait évoqué la « populace » pour désigner le peuple des quartiers pauvres de Paris. Vinçard ayant vigoureusement protesté dans un article de La Ruche populaire, Hugo fut très embarrassé. Il prit conscience à ce moment-là qu'il avait des lecteurs dans les milieux populaires et que ceux-ci se sentaient humiliés par son vocabulaire dévalorisant. Progressivement le mot « misérable », qu'il utilisait au début de ses romans pour décrire les criminels, changea de sens et désigna le petit peuple des malheureux. Le même glissement de sens se retrouve dans Les Mystères de Paris d'Eugène Sue. Grâce au courrier volumineux que lui adressèrent ses lecteurs des classes populaires, l'auteur découvrit les réalités du monde social qu'il évoquait dans son roman. L'ancien légitimiste se transforma ainsi en porte-parole des milieux populaires. Le petit peuple de Paris cessa alors d'être décrit comme une race pour devenir une classe sociale.

La France, c'est ici l'ensemble des territoires (colonies comprises) qui ont été placés, à un moment ou un autre, sous la coupe de l'État français. Dans cette somme, l'auteur a voulu éclairer la place et le rôle du peuple dans tous les grands événements et les grandes luttes qui ont scandé l'histoire depuis la fin du Moyen Âge : les guerres, l'affirmation de l'État, les révoltes et les révolutions, les mutations économiques et les crises, l'esclavage et la colonisation, les migrations, les questions sociale et nationale.

Historien du monde ouvrier, de l'immigration et de la question nationale en France, Gérard Noiriel livre avec cette Histoire populaire de la France la synthèse de toute une vie de recherches et d'engagements.

« Pour moi, le "populaire" ne se confond pas avec les "classes populaires". L'identité collective des classes populaires a été en partie fabriquée par les dominants et, inversement, les formes de résistance développées au cours du temps par "ceux d'en bas" ont joué un rôle majeur dans les bouleversements de notre histoire commune. Cette perspective m'a conduit à débuter cette histoire de France à la fin du Moyen Âge, c'est-à-dire au moment où l'État monarchique s'est imposé.

Appréhendé sous cet angle, le "peuple français" désigne l'ensemble des individus qui ont été liés entre eux parce qu'ils ont été placés sous la dépendance de ce pouvoir souverain, d'abord comme sujets puis comme citoyens. »

« La démarche historique permet de retracer la genèse des grands problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui. C'est la raison pour laquelle, dans cette histoire populaire de la France, j'ai privilégié les questions qui sont au centre de notre actualité, comme les transformations du travail, les migrations, la protection sociale, la crise des partis politiques, le déclin du mouvement ouvrier, la montée des revendications identitaires.

Le but étant de mettre cette vaste réflexion à la disposition du plus large public, j'ai adopté la forme du récit en m'efforçant de présenter sous une forme simple des questions parfois très compliquées. »
Une histoire de la France abordée sous l'angle du quotidien et des luttes de ceux qui forment le peuple depuis le XIVe siècle à aujourd'hui. A travers elle, l'auteur évoque l'histoire des élites et du pouvoir qu'elles détiennent. ©Electre 2018
Format : Broché sous jaquette
Nb de pages : 816 pages
Poids : 880 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7489-0301-0
EAN : 9782748903010

Du même auteur : Gérard Noiriel