Nos libraires Librest étant fermées il n'est plus possible de retirer vos commandes dans aucune d'entre elles.
Pour l'instant, vous pouvez commander vos livres sur notre site partenaire lalibrairie.com afin de recevoir vos achats à domicile via Colissimo.
Merci et bon courage à tous.

Soirée autour du poète russe Vélimir Khlebnikov, avec le traducteur Yvan Mignot, animée par Florian Caschera (Sing Sing)

vendredi
02
février
20h00

Rencontres et Débats

Lieu : L'Atelier 2 BIS RUE JOURDAIN 75020 PARIS

Yvan Mignot, poète, traducteur et coordinateur de l'ouvrage, et Florian Caschera, musicien, alias Sing Sing, présenteront l'œuvre du poète russe Vélimir Khlebnikov, publiée aux éditions Verdier.

"Un trait de plume d’aigle, piquant de porc-épic, branche de saule trempée dans l’encre, Khlebnikov écrit sur des feuilles volantes. Il les glisse dans une légendaire taie d’oreiller qui le suit dans ses vagabon­dages. Parfois il appuie sa tête dessus pour dormir, parfois il l’oublie, la perd, reprend sa marche.

Le volume rassemble les écrits de la taie d’oreiller, ceux des quatre dernières années de sa vie, 1919-1922, années d’errance dans le feu de la guerre civile en Ukraine, puis entre Perse, Azerbaïdjan et Russie. C’est sa période la plus féconde malgré la misère. La poésie en sera à jamais bouleversée.

Vélimir Khlebnikov, président du globe terrestre, le plus grand des poètes russes, si grand qu’il « ne passe pas par n’importe quelle porte », a participé à la fondation du mouvement futuriste, puis s’en est écarté pour suivre un chemin de solitude. Novateur, il va au-delà du langage transmental des futuristes (zaoum, élégamment traduit par l’outrâme), dynamitant le langage pour recréer un monde nouveau. Les mathématiques, l’ornithologie – la profession de son père –, l’astronomie, la philo­sophie façonnent cette langue nouvelle – langue des oiseaux, poésie stellaire – qui dit les bruissements du monde, en cherche la structure profonde. Salué par Roman Jacobson, il est aussi admiré par les poètes de sa génération, même aussi différents de lui que Mandelstam, Pasternak, Tsvetaeva. Il fascine des peintres comme Larionov ou Malevitch.

L’ensemble des textes présentés a nécessité un travail titanesque et acrobatique de traduction qui s’est étalé sur plus de vingt ans de la vie d’Yvan Mignot, lui-même poète, traducteur, et tenace amateur de missions impossibles."