l'Air cicatrise vite rencontre avec le poète Jean-Louis Giovannoni

mercredi
15
mai
20h00

Rencontres et Débats

Lieu : 2 Bis rue Jourdain 75020 Paris

voici ce qu'en dit François Heusbourg, son éditeur :

L’air cicatrise vite est un livre fantomatique, Jean-Louis Giovannoni est allé en chercher la trace dans ses carnets inexploités, écrits entre 1975 et 1985. On y retrouve les obsessions fragmentées présentes dans Garder le mort (1975), Les mots sont des vêtements endormis (1983), ou Ce lieu que les pierres regardent (1984) ; mais ici hissées à un point de transparence inédit. Il s’agit de trouver un lieu, un espace respirable. Le monde est plein de son plein, s’engouffre partout, dans nos vides, nos insuffisances, et tout est invisible et nous hante, jusqu’au silence. On voudrait tendre les bras, les autres sont toujours dehors, toujours trop loin, et même les objets sont des absences, même les objets rêvent à notre place. On cherche à tenir bon, contre les murs, contre la multitude évanouie qui s’agite en nous, nous repousse et nous contient, sans identité ; au bord de notre bord. Et pourtant nous ne disparaissons pas dans cette fluidité qui nous échappe, les mots nous retiennent. Il reste notre présence dans l’air malgré les disparitions successives de nos agitations de vivre ; « seule la perte laisse des traces. »


extrait:

Depuis des années, je fréquente cet endroit. J’y déplace des pierres, fais des encoches dans les arbres. J’ai même planté des fleurs près du muret. Le plus souvent je m’assois et pendant une heure ou deux, je contemple le paysage.

De mes passages rien ne subsiste. Les encoches ont disparu et les pierres continuent leur course. 


Autour du rendez-vous

L'air cicatrise vite

Disponible
Ajouter à votre panier16.00

Garder le mort : suivi d'une version préparatoire et de poèmes inédits

Disponible
Ajouter à votre panier14.00

Les mots sont des vêtements endormis, Fragments inédits

Disponible
Ajouter à votre panier14.00