rencontre croisée avec Célia Houdart et Joy Sorman

mercredi
16
janvier
20h00

Rencontres et Débats

Lieu : 2 Bis rue Jourdain 75020 Paris

L'atelier reçoit Célia Houdart pour son livre paru chez p.o.l "Villa Crimée" ; à cette occasion, l'écrivaine a souhaité dialoguer avec Joy Sorman qui avait publié chez l'arbalète-Gallimard "L'inhabitable". Toutes deux s'entretiendront sur les problèmes de l'insalubrité et de la restauration du logement.

Les 212 fragments qui composent "Villa Crimée' répondent aux 212 fenêtres des bâtiments du 168, rue de Crimée, dans le dix-neuvième arrondissement de Paris qui, d’un geste un peu miraculeux, réunit 31 logements sociaux dont 7 ateliers d’artistes, autour d’une cour pavée. Points de vue sur une architecture contemporaine (Agence Metek-Sarah Bitter avec Christophe Demantké) et sur la vie rêvée de ses futurs habitants, en même temps que coups de sonde dans le passé d’un quartier parisien.

Série de visions, de fictions... Avec "Villa Crimée", tout en poursuivant la quête et l’esthétique à l’œuvre dans ses romans, entre réalisme et somnambulisme léger, Célia Houdart offre aussi son premier texte écrit à la première personne. Ses déambulations, rêveries, réflexions, réminiscences littéraires, cinématographiques ou musicales, ont un caractère souvent intime.

En 2010, Joy Sorman menait une enquête de terrain sur les immeubles insalubres à Paris, en cours de réhabilitation. Elle visitait les bâtiments, interviewait les habitants, cherchait le moyen de dire ces lieux qui échappent au regard. Cinq ans après, elle y est revenue, pour savoir si l'habitable s'est substitué à l'inhabitable. Joy Sorman observe ici six adresses parisiennes, comme un «biotope de béton, de pierre de taille et de zinc» au bord de l'effondrement, où tout bouge mais tient par miracle.
Une expérience aux frontières du reportage et du récit, de l'enquête et de la dérive urbaine.