Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public : conférences-débats à l'Inra en 2012, le 24 janvier à Rennes et le 14 février à Paris

Fiche technique

Format : Broché
Nb de pages : 119 pages
Poids : 124 g
Dimensions : 12cm X 19cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-7592-1898-1
EAN : 9782759218981

Désacraliser le chiffre dans l'évaluation du secteur public

conférences-débats à l'Inra en 2012, le 24 janvier à Rennes et le 14 février à Paris

de

chez Quae

Collection(s) : Sciences en questions

Paru le | Broché 119 pages

Public motivé

Poche
8.60 Disponible - Expédié sous 6 jours ouvrés
Ajouter au panier

édition Groupe Sciences en questions


Quatrième de couverture

Comment le chiffre est-il devenu depuis 2006, date d'entrée en vigueur de la Loi organique sur les lois de finances (LOLF), la pièce maîtresse d'une manière de gouverner dans laquelle la décision politique est soumise à une logique du résultat ?

Les procédures d'évaluation des administrations d'État servent à quantifier l'action publique. Albert Ogien propose de les appréhender en remontant au phénomène qui les organise : la mathématisation du monde social. L'auteur décrit la transformation radicale du modèle d'exercice du pouvoir depuis 25 ans. Il lève la confusion sur les usages du terme et distingue l'évaluation en tant que jugement pratique et en tant que technique de gestion. L'évaluation gestionnaire, qui consiste à produire une mesure de l'efficacité d'une activité de production à partir d'une valorisation financière de chaque élément qui la compose, est aujourd'hui la forme dominante.

L'auteur interroge l'emprise actuelle de l'évaluation gestionnaire sur la définition de l'activité de gouvernement. Il montre comment elle affadit, voire vide de leur contenu les pratiques démocratiques. Il met en exergue les formes de résistance que les agents de la fonction publique et les citoyens peuvent opposer à cette érosion de la démocratie.

Biographie

Albert Ogien est sociologue, directeur de recherche au CNRS et enseigne à l'EHESS, où il dirige le Centre d'étude des mouvements sociaux. Ses premiers travaux ont porté sur la nature de l'État et des relations sociales en Afrique du Sud à l'époque de l'apartheid. Il s'est ensuite consacré à l'analyse des politiques conduites en matière de prise en charge de la maladie mentale. Il s'attache aujourd'hui à produire une analyse sociologique de l'action de l'État. Il poursuit également une réflexion sur la pratique de la sociologie et développe une sociologie de la connaissance ordinaire.

Du même auteur : Albert Ogien