Mer blanche

de

chez Gallimard

Collection(s) : Du monde entier

Paru le | Broché 260 pages

21.00 En stock - dans notre réseau
Ajouter au panier

traduit du norvégien par Alain Gnaedig


Clémence Cochan (Le comptoir des lettres)

C'est la seconde guerre mondiale, et sur leur chapelet d'îles, toute une population norvégienne la vit à sa manière. Les temps sont durs et les conflits semblent loin. Un prisonnier russe se cache sur l'île d'Ingrid : elle le soigne, le cache, entre eux nait un bel amour. Mais la réalité politique est là.

Un très beau roman; simple, pudique et poétique.

Mer Blanche

« Barrøy est une terre du silence, les adultes n'expliquent pas aux enfants ce qu'ils doivent faire, ils le leur montrent. »

Novembre 1944. Le MS Rigel, qui transporte des troupes allemandes et des prisonniers russes, est coulé au nord de la Norvège. Des milliers de soldats périssent, mais quelques naufragés survivent. L'un d'eux, échoué sur les rives de Barrøy, va être soigné par Ingrid. Ce sera le début d'une belle histoire.

Après Les invisibles, chronique dramatique d'une vie de gens de peu sur l'île de Barrøy, Mer blanche met en scène l'irruption de l'Histoire dans un lieu que l'on aurait pu croire en dehors du temps. Une fois encore, Roy Jacobsen montre avec une force et une poésie rares la vie et l'amour en butte à une terrible adversité. Ses personnages luttent pour survivre et se tenir debout sans renier leur dignité et la solidarité humaine. Envers et contre tout.
1944, en Norvège occupée. Ingrid quitte son travail abrutissant sur le continent pour regagner l'île de Barroy, où elle est née. A 35 ans, elle se retrouve seule sur ce petit îlot désolé. Quand le MS Rigel, qui transporte des troupes allemandes et des prisonniers russes, est coulé au nord de la Norvège, un naufragé échoue sur les rives de son île. Entre eux, une belle histoire débute. ©Electre 2019
Format : Broché
Nb de pages : 260 pages
Poids : 284 g
Dimensions : 14cm X 21cm
Date de parution :
ISBN : 978-2-07-278558-0
EAN : 9782072785580

Du même auteur : Roy Jacobsen